POMP – Étude conduite par APUR

Le devenir des stations-service et du ravitaillement en carburants à Paris et en proche banlieue, APUR

Aujourd’hui il est de plus en plus difficile de trouver une station service à paris et en proche banlieue. De plus longs détours sont nécessaires pour faire le plein, d’où une perte de temps et une consommation de carburant plus importante ! Une étude de l’atelier parisien d’urbanisme (APUR), analyse les causes de cette diminution des stations services en France et plus particulièrement en île de France.

En effet, « conformément à ce qu’indiquent l’UFIP et le groupe TOTAL, le nombre de stations-services s’est fortement infléchi en France. Sur les 24500 stations implantées en métropoles en 1990, plus de la moitié a disparu deux décennies plus tard. »

L’APUR détaille les trois scénarios possible d’ici 3 ans. Il y a actuellement 120 stations services à Paris, mais combien y en aura t-il en 2020? Ci-dessous sont affichés les hypothèses haute, intermédiaire et basses. On observe une très nette baisse du nombre de stations service par arrondissement, comment les parisiens feront-ils leur plein? Des attentes longues, dans des queues interminables semblent à prévoir dans les stations services restantes.

Hypothèse Haute                                    Hypothèse Intermédiaire                    Hypothèse Basse

 

D’après l’étude conduite, cette diminution serait causée par divers facteurs. Notamment la baisse de la circulation automobile. « En France, la circulation automobile a connu un train de croissance rapide entre 1990 et 2003, puis a atteint un plateau dont les évolutions restent contenues, puisque la circulation estimée en 2011 est équivalent à celle de 2004. » Cette tendance serait due autant à la crise économique qu’au développement de modes de transports alternatifs. 

« Ajoutons à ce facteur, une amélioration des performances techniques des moteurs qui conduit à une plus grande sobriété des consommations. En 1995, une voiture neuve à essence consommait 7,5 litres pour 100 km et une voiture neuve diesel en consommait 6,6 litres. En 2011, ces consommations unitaires sont respectivement de 5, 6 litres aux 100 km et 4, 8 litres au 100. « 

La baisse des immatriculation joue également, en effet  » Dans l’ensemble des pays européens (au sens large), la baisse des immatriculations de véhicules neufs ne se dément pas depuis 2008, et l’année 2011 confirme la tendance. En revanche en France, les immatriculations reprennent à un rythme mesuré entre 2000 et 2010 (+5, 5%), mais si l’on tire la courbe des ventes en France, jusqu’en 2012, la période entre 2000-2012 s’illustre par un effondrement de ces dernières de -13%. »

Enfin, les stations services sont actuellement en partie sous concessions de la ville de Paris jusqu’en 2020. « Un quart des stations parisiennes (29) sont sous contrat de concession avec la Ville de Paris, dont le terme échoit au plus tard en 2020 ». Le non-renouvellement de ces concessions représente un facteur supplémentaire à la disparition des stations services.

La disparition des stations services n’entraine pas la disparition de la demande en carburant qui reste réelle, demande à laquelle POMP permet de répondre sans la nécessiter d’ouverture de nouvelle station.

 

Lisez l’article ici:  http://www.apur.org/sites/default/files/documents/devenir_stations_service_ravitaillement.pdf

Site POMP : https://www.pomp.io

Facebook : https://www.facebook.com/Pompfuel

Twitter : https://twitter.com/POMPfuel

Retrouvez nous sur Linkedin : https://www.linkedin.com/company-beta/10535792

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *